Mon raid moto a débuté très tôt depuis l’Ardèche méridionale. Je suis arrivée 40 heures plus tard à Montevideo via Paris et Miami. L’Uruguay me voilà !

La moto n’arrivant par la mer que dans 15 jours, j’ai le temps de prendre la température sud américaine. Pour le coup, elle est sensiblement égale à celle que nous connaissons en Europe en cette période. Transition saisonnière parfaitement réussie !

Parle-nous un peu de la ville de Montevideo

Montevideo est équivalent à la ville de Lyon en terme de superficie. Elle est disposée en quadrillage, à l’américaine. L’ambiance est vivante et son architecture témoigne d’un âge d’or au début du siècle dernier. Je me rends chez un loueur de bicyclette pour élargie mon champ d’action…
La ville possède une longue promenade sur le bord de mer, la rambla. Ce site est le lieu de détente favori des sportifs et autres vogueurs.
L’estuaire du Rio de la Plata fait au niveau de Montevideo plus de 100 km de large et se jette dans l’Atlantique, lui donnant alors une couleur chocolat.

Qu’en est-il des musiques et danses traditionnelles de cette région du monde ?
La première étape de ce road trip moto dédiée aux musiques et aux danses traditionnelles se fait donc en Uruguay. Dans la rue, vous pourrez observer de nombreux habitants dansant le Tango rioplatense et le Candombe.

L’Uruguay se partage avec l’Argentine l’origine du Tango et je me suis rendu en soirée, dans les milongas (bals de tango) de la ville et dans les ruelles du quartier sud pour y repérer les llamadas de Candombe. Ce défilé est composé de tambours d’origines afro-uruguayens, précedés de danseuses ondulant sur des rythmes envoûtants. Tous descendent alors la rue dans une ambiance festive et unique.

Quand est-il de la moto ?

Une dizaine de jours plus tard, je reçois un mail de mon transitaire m’annonçant un incident dans le transport de la moto : Celle-ci a été débarquée sur l’île de Malte et devrait repartir la semaine suivante par le prochain bateau en partance pour l’Uruguay, le MSC Tosca.
Lorsque la semaine d’après, j’apprends que le Tosca n’a pas appareillé sur Malte, je suis comme assommé par la nouvelle, « Ce sont les aléas du transport maritime » me répond prosaïquement le transitaire.

J’ai reçu ce jour la confirmation que Tango (nom de baptême de la Suzuki 250 Vstrom) à embarqué à bord du MSC Ajaccio en partance pour Montevideo, arrivée prévue le 7 novembre. J’ai donc tout le temps d’améliorer un peu mon espagnol, mais l’envie de rider se fait sentir… A suivre !

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez peut être :