Faire face aux problèmes techniques fait parti de l’aventure à moto

Sur la route qui nous mène à Mardin, premier problème technique sérieux : la moto de Jean-Pierre s’arrête, pas moyen de redémarrer : séance mécanique pour Alain et Jean sur le bas coté de la route, en duplex téléphonique avec notre ami Alain, mécanicien Harley à Bagneux qui connaît bien cette moto… toutes les hypothèses sont passées en revue : allumage, bobine, capteur. La moto finira sur le plateau d’une dépanneuse locale qui l’amène à Mardin. Quelques heures de mécanique pour nos amis bricoleurs, une balade dans le bazar pour les autres.

En fin d’après-midi nous grimpons sur les hauts de la ville pour admirer au soleil couchant les toits des médersas avec la plaine mésopotamienne (maintenant syrienne) en arrière plan : Immenses coupoles à la géométrie parfaite, nombreux minarets d’où l’appel à la prière des muezzins est magique.

La moto de Jean-Pierre ayant bien voulu redémarrer nous partons, confiants … En route pour le massif du TürAbdin et ses églises syriaques, pas évidentes à trouver, Altintas, Anitli qui possède une des plus belles églises dans laquelle le culte est encore célébré en Araméen. Invités par les fidèles, nous partageons un repas avec un groupe d’enfants et leurs maîtres : délicieux ragout de mouton !

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Des imprévus de voyage mais qui offrent de superbes souvenirs 

Plus loin, Hasankeyf n’est toujours pas sous les eaux du Tigre, un projet de barrage du programme GAP prévoit en effet que ce village soit englouti par les eaux. La mobilisation générale suffira-t-elle à sauver ce superbe site où de nombreuses familles kurdes profitent aujourd’hui du week-end pour pique-niquer, se baigner sur les bords du fleuve, au pied des falaises qui le surplombent.

A l’entrée de Midyat, arrêt dans un petit atelier de réparation électrique pour faire vérifier la bobine de Jean-Pierre, elle semble OK. La moto défaillante démarre après le travail de nos amis experts … mais accalmie de courte durée, qui nous oblige à retourner chez notre ami mécano de Midyat. Après deux heures de travail, elle redémarre … pour quelques kms ! Dépités, deuxième retour chez Metin, cette-fois ci dans une camionnette trop courte, l’arrière de la moto est carrément dans le vide, ficelée avec les moyens du bord.

Metin, qui commence à bien nous connaître ainsi que cette moto, rallie tous ses amis, traducteur, électricien. Nous lui confions la moto pour la nuit et décidons, par la force des choses, de passer la nuit à Midyat.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Nous logeons dans un superbe Konak aux pierres couleur de miel, magnifiquement ouvragé en haut de la vieille ville, nous permettant d’assister à un superbe coucher de soleil du haut de la terrasse. Diner et soirée en ville où nous terminons par une dégustation de vins locaux dans une cave tenue par des chrétiens.

Metin a enfin réussi à trouver le fil de masse responsable de cette panne intermittente ! Je ne vous ai pas dit que Metin est un fan de Harley Davidson et qu’il s’en ait même construite une réplique miniature ! Après un dernier pot avec lui et ses amis, nous reprenons la route, en espérant que cette fois-ci nous n’aurons plus de problème !

Des paysages grandioses à perte de vue, à rider à moto 

Une étape de 300 kms nous attend sous un ciel orageux et une température de 35 °C pour rejoindre le lac de Van. C’est le plus grand lac de Turquie, dont l’eau est fortement alcaline, riche en carbonate de sodium et sels divers. Nous allons en faire le tour complet. Dès notre arrivée à Ahlat, nous plongeons dans le lac au pied de notre hôtel, bien rafraichissant après cette grande journée de route.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Le lendemain, visite du cimetière Seldjoukide avant le départ pour la rive Nord ; les paysages, rivages et couleurs magnifiques se succèdent, dominés par le Süphan Dagi encore enneigé, à plus de 4000 m d’altitude. Nous faisons de nombreux arrêts photos, plages de sable clair, champs de fleurs, vaches paisibles …

Nous ne manquons pas de visiter et de profiter de l’ile d’Akthamar, célèbre pour son église Arménienne de toute beauté. La particularité du lieu réside en ses frises à l’extérieur de l’église qui représentent des scènes de chasse et des scènes bibliques, Christ, saints et prophètes.

Au retour, le vent se lève, le lac moutonne, le ciel devient noir ! Arrivés juste à temps au débarcadère pour éviter encore un gros orage. Nous attendons presque une heure avant de repartir, profitant d’éclaircies. La route est encore ici magnifique, la lumière extraordinaire, paysages « type Auvergne », l’altitude en plus.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Nous dépassons Tatvan, la pluie redouble, nous ne voyons plus rien et nous réfugions dans une minuscule station service. Aucun ravitaillement possible, quelques hommes regardent la télévision dans une pièce où nous sommes, ce doit être le bureau ! Les éclairages sont toujours somptueux, avec alternance de ciels noirs, de rayons de soleil les perçant, des coins de ciel bleu, mettant en valeur les nuances de vert de magnifiques steppes. Nous repartons, pour nous arrêter à Mus et encore échapper à un gros orage après avoir décidé de coucher à Bingöl. Longue descente dans de merveilleux paysages jusqu’à cette ville sans charme, les motards s’en donnent à cœur joie. Nous trouvons un hôtel bas de gamme, dans ce sympathique, jeune et animé « port de mer » kurde.

Un voyage moto en Turquie, loin de l’agitation touristique

Tout le monde est réveillé de bonne heure, après un Cay avec Simit et diverses pâtisseries au coin de la rue, départ matinal pour des paysages grandioses à perte de vue, lacs, prairies vertes, d’aucuns y voient encore un rappel à l’Auvergne. Il fait frais, mais beau, nous sommes à 1800 m. Nous traversons la ville et mesurons là encore, combien la Turquie a évolué. Les bâtiments sont tous modernes, la ville est nette, quatre voies traversant la ville. Nous arrivons à Darende, sorte de petite oasis où nous faisons étape, la température est bien montée depuis ce matin, malgré le vent. Nous décidons de partir faire du rafting, très pratiqué dans le coin. La séance habillage est épique, casques pour protection, fourniture des shorts imposés à tous. Pas trop d’eau, pas de rapides, ce n’est pas le Colorado, mais c’est une belle partie de rigolade. Alain rame à contre sens, Jean-Pierre ne rame pas, on s’arrose. Encore une fois, les paysages nous émerveillent, canyons au départ de Darende, puis steppes, plateaux, collines. On s’accorde à dire que nous en prenons plein les yeux.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Nous sommes presque à 2000 m, les barrières à neige et piquets jalonnant la route à 4 voies toute récente en témoignent. Nous parvenons à Avanos, où il y a beaucoup de monde, en début d’après midi, car nous sommes Samedi, et les Turcs se promènent. Nous poursuivons jusqu’à Uchisar, où nous avons décidé de passer plusieurs jours, plus calme que Göreme, à l’abri de l’agitation touristique. La pension retenue nous plaît immédiatement, avec ses nombreuses terrasses et son panorama sur les vallées, les cheminées de fée et Erciyes, encore lui, en toile de fond. Les chambres sont troglodytes, très simples et confortables. Nous dinerons à la pension tout le temps de notre séjour ici, on s’y sent comme à la maison, étant pratiquement les seuls, nous sommes l’objet de toutes les attentions de Mehmet et sa famille.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Nous allons passer trois jours ici, alternant les balades à pied entre les cheminées de fées, et à moto pour visiter les villages et sites de la région.Nous sommes seuls sur les sentiers. L’environnement des cheminées de fées est magique, roches roses, rouges, jaunes, certaines sont creusées de pigeonniers, d’églises rupestres. Nous ne manquons pas la visite de la « cathédrale », insoupçonnée de l’extérieur, ni les oranges pressées servies à une terrasse ombragée en pleine nature, sous une brise légère.

Reprise de la route et rencontre des traditions turques

Nous retrouvons les motos et partons pour Bayramhaci, « station thermale » aux sources d’eau chaude, bain séparé pour les hommes et les femmes, dans deux piscines différentes. Mélange entre tenues traditionnelles et deux pièces chez les femmes, seuls les hommes ont accès au bassin intérieur en marbre et plus chaud. Nous dinons sur la terrasse tous les soirs : soupe de tomates, feuilles de vigne-yaourt, filets de poulet grillés, petits légumes et fruits …. Nous avons droit aux soirées foot de la coupe du monde dans le salon télé, affalés dans les coussins, discussions techniques soutenues entre Bernard et Mehmet. Quelques bières, un peu de vin de Cappadoce, aident à l’ambiance.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Nos balades en motos nous mènent au charmant village d’Ibrahim Pasa, puis par un chemin cylindré jusqu’à Orthahisar et son piton. Nous poursuivons par une belle route jusqu’à Soganli, où les églises creusées dans les cheminées de fées sont toujours aussi belles, dans ce grand canyon ouvert. Nous déjeunons à l’ombre des pommiers du jardin d’un petit restaurant champêtre, le patron est toujours aussi sympa. Le pain sortant du four nous est servi avec du fromage, des olives et du miel, suivent des Menemens brûlants pour tout le monde, petit vin blanc, et yaourt au miel pour finir. Le ciel s’assombrit, les premières gouttes commencent à tomber, éclairs. Nous sommes tous en tenue légère, sans vêtements de pluie. Arrêt de courte durée avant Derinkuyu, où je m’attarde pour prendre des photos de mamies adorables, nous sommes sous l’orage et nous arrêtons en ordre dispersé. Les uns à une station service où le thé leur est offert, les autres à l’abri, à proximité du site. On se retrouve pour la visite de la cité souterraine de l’époque paléochrétienne, la plus grande de Turquie : On descend profondément, les boyaux sont étroits, Jean se sent un peu oppressé, d’autant que le croisement avec quelques touristes japonais s’avère difficile. Fin de soirée à Sari han pour assister à la cérémonie de derviches tourneurs, le déroulement en est toujours aussi mystique et étrange : quatre musiciens et chanteurs, cinq derviches et un maître de cérémonie qui alternent chant, musique et danse.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Paysages mystiques de la Turquie : cheminées de fées, minarets, sanctuaires…

Nous ne manquerons pas de faire un vol en ballon au dessus des cheminées de fées, cette pratique s’est développée depuis plus de quinze ans ici, il faut dire que c’est un endroit extraordinaire pour cela ! Le gonflage des ballons se fait au petit matin au lever du soleil, sur le plateau surplombant la vallée blanche. Le vol dure environ1H30, des dizaines de ballons autour de nous ajoutent à la beauté de ces moments forts. Après un atterrissage tout en douceur, cocktail avec bulles, remise des diplômes, ambiance chaleureuse et très professionnelle.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

L’arrêt suivant est au Mevlana à Konya avec son minaret de faïence bleue. Aujourd’hui, la tombe de Rumi (dit Mevlana, le « guide » ou le « sacrifié ») est le deuxième site touristique le plus visité en Turquie. Rumi était un mystique, un saint du soufisme qui aimait toute les religions et dont la religion était l’amour. Ses adeptes, hier comme aujourd’hui, se perdent dans la transe et la danse, tourbillonnant comme des toupies pendant des heures. De nombreux touristes locaux et pèlerins venant de la campagne s’y pressent !

Quand le goudron fait des stalactites sous les pneus

Peu après Konya, la route à quatre voies devient superbe en traversant le Taurus, les forêts de pin s’accrochant aux sommets, et laissant la place aux cèdres dès que l’on prend de l’altitude. Jean a roulé à sa main, ainsi que Bernard, nous retrouvons ce dernier à l’ombre avec la police qui le verbalise pour excès de vitesse. Payera où ne payera pas, il verra à la frontière en ressortant ? Nous arrivons avant Antalya avec une circulation très dense et une chaleur étouffante, 38°C, le goudron fait des stalactites sous mes pneus !! Les Turques conduisent bien comme des sauvages et s’encadrent quelquefois… Difficile de se suivre dans ces conditions, au moment de prendre une bretelle à droite en direction de Kemer, Alain sur la voie de gauche est obligé de filer tout droit. Nous le retrouverons seulement le soir à la pension ! Nous faisons étape à Cirali après une longue descente dans les pins dont la chaussée est défoncée. Il est 20h quand nous arrivons, douze heures que nous sommes partis, Jean-Pierre a les oreilles qui sifflent un peu.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

La patronne de la pension est très sexy avec chapeau, collant et short, black look total star déchue. Ambiance très hippie, peace and love, jardin arboré, mais l’intérieur mériterait un peu plus de soin. On se rue sous la douche et sur les boissons fraîches. Après un bain de mer très matinal avant le petit déjeuner, nous passons la matinée à la plage et nous y déjeunons de Gözleme.

Escapade en bateau vers la cité engloutie

Départ pour Uçagiz, en passant à Finike et Demre. Jean-Pierre s’arrête pour demander la route, … le démarreur ne fonctionne plus. Il a recours au « fil jaune magique » et la Harley repart, mais il reste un peu énervé ! Nous arrivons au petit port d’Uçagiz où nous laissons les motos, et prenons un bateau qui va nous amener à  Simena. La pension, où nous allons passer une nuit, domine toute la baie, des terrasses fleuries à tous les niveaux. L’environnement est paradisiaque. Nous nous baignons près du tombeau immergé que l’on trouve sur toutes les cartes postales et allons nous promener vers le château et sur la crête avec ses oliviers et tombeaux lyciens dominant la mer.

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

Après l’apéritif sur la terrasse, on nous dresse la table, nappe et bougies, chants des cigales, nous choisissons nos poissons … Soirée magique ! Nous plions bagage et descendons au port où le Capitaine et sa femme nous attendent pour un boat-trip privé, le long de la cité engloutie. Grâce au fond de verre nous voyons d’innombrables amphores. Premier arrêt baignade dans une crique à l’abri où le cœur d’une petite église en ruine git sur le sable. L’eau est un peu fraîche.  Pour le deuxième arrêt baignade, le bateau accoste à un ponton. Nous marchons pendant 30mn jusqu’au site d’Aperlai où nous découvrons de superbes tombeaux lyciens immergés ainsi que  cachés dans la nature vierge. Cela embaume la sauge, des paysans en ont récolté de pleins sacs. Cap sur une autre baie, de nombreuses et énormes tortues y nagent près du bateau dans l’eau turquoise et viennent respirer à la surface, instants magiques. Nous sommes les seuls, les odeurs du barbecue préparé par le Capitaine nous attirent à table. Repas très copieux et appétissant, cay, nescafé, turkish coffee, … sieste. De retour à Uçagiz, nous retrouvons nos motos.

Des balades en motos, le paysage et un art de vivre raffiné 

témoignage de voyage agnès en moto en turquie Planet Ride

15km de petites routes dans le maquis avant de retrouver la route principale et Kas où nous faisons étape pour deux jours. L’atmosphère est toujours très sympa, animée, il n’y a que très peu de touristes étrangers. Balades moto dans les environs avec les incontournables de la région : plage de Kaputas, avec ses galets blancs et ses eaux turquoises et bleues marine, visite du site de Xanthos, son théâtre et ses tombeaux sur les piliers, des gorges de Saklikent où nous nous offrons une séance de poissons suceurs, les pieds trempant dans un aquarium … Après avoir traversé de superbes forêts de pins nous découvrons Tlos, qui est un très beau site archéologique adossé aux montagnes, théâtre, stade, thermes, nécropole, dans un environnement très naturel. De nombreux restaurants des gözleme, cay, ayran et douches rafraîchissantes s’offrent aux touristes tout le long de la route.

A suivre, le dernier épisode et la fin du voyage d’Agnès !