Étudiant de 26 ans ayant passé sa dernière année d’études à Bangkok, Jean a déjà bien préparé son retour en France. En effet, il souhaite d’abord rejoindre Oulan-Bator pour ensuite prendre la route à moto et rejoindre la France sur un road-trip de plusieurs mois ! Jean est en interview exclusive avec Planet Ride à seulement quelques jours de son départ…

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

Je m’appelle Jean, j’ai 26 ans et je suis déjà en fin de vie… étudiante. Celle-ci devant se terminer à Strasbourg au mois de septembre, deadline du projet BackpackerOnWheels. J’essaye de mettre à profit le temps dont je dispose d’ici là pour créer quelque chose qui restera. J’ai grandi dans une famille nombreuse (5 frères et sœurs) et c’est sûrement ce qui m’a apporté une grande sociabilité, tournée vers les autres, sans à priori aucun. Je suis un peu (beaucoup) touche à tout et mes études ont été plutôt variées, en commencant par un bac STI, puis un DUT, et enfin une licence commerciale suivie d’un Master. J’ai donc effectué ma dernière année de Master à Bangkok, en Thaïlande. Côté professionnel il y a eu autant de mouvement que côté études, par conséquent je profite d’une expérience dans beaucoup de milieux très différents les uns des autres. La Thaïlande aura été pour moi une expérience extraordinaire, un moyen de découvrir un nouveau monde et de faire de belles rencontres.

 

 

Inscription Newsletter Planet Ride

 

Parle nous de ton projet, qu’est-ce que Backpacker on Wheels ?

Backpacker On Wheels est, pour moi, bien plus qu’un simple road-trip. Avec mon année d’échange en Thaïlande, qui est le pays dont le choc culturel fût le plus important parmi mes expériences passées, j’ai réalisé que nombreuses sont les personnes qui expriment le souhait de changer de quotidien, mais peu sont ceux qui ont le courage de le faire.

Un projet comme celui-ci permettrait de montrer à la génération actuelle, qu’en mettant les efforts nécessaires, on peut achever de grandes choses. Dans mon cas, la traversé de la moitié de la planète à moto. Et j’espère pouvoir inspirer des jeunes à entreprendre de grands projets.

Ce projet est également présent pour concrétiser ce qu’internet a entamé il y a de ça quelques années : l’absence de frontières intellectuelles. Je suis français et ne parle pas un mot de russe, chinois ou même thaïlandais. Pourtant, j’arrive à partager des moments uniques avec quelqu’un qui était encore un inconnu 5 min auparavant. Je vais donc montrer à mes « followers » que malgré l’absence de langage commun, de différences culturelles, ou même malgré nos aprioris, nous pouvons partager.

Backpacker on Wheels est donc sur papier un simple itinéraire terrestre rejoignant l’Asie et la France, mais sera au quotidien quelque chose de plus grand et de plus profond.

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

Êtes-vous plusieurs à partir ? As-tu un/une partenaire de voyage ?

Non, mon seul partenaire de voyage sera ma moto qu’il me faudra bichonner au quotidien. Comme évoqué juste avant, je pars dans une optique de partager le quotidien des locaux, de comprendre un peu de leurs cultures, leurs quotidiens. J’ai donc fais naturellement le choix de partir seul, afin de me forcer à aller à l’encontre des peuples.

Et puis paradoxalement, sur la route, croyez-en mon expérience aussi minime soit-elle, quand on voyage seul c’est surtout en apparence, on n’est jamais vraiment seul. On trouve toujours un compagnon de voyage pour un bout de trajet. Étant son seul chef d’itinéraire, il est bien plus aisé de modifier son parcours pour l’adapter au quotidien, et ainsi faciliter la rencontre de compagnon de voyage. Pour exemple, lors d’un de mes périples en Nouvelle-Zélande, j’ai finalement vécu en majeure partie avec un suédois, rencontré sur place, qui avait la même vision que moi pour les prochains voyages. Et je suis à ce jour toujours en contact avec eux, et les reverrai normalement sur mon parcours.

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

 

Quand pars-tu ? Combien de temps le voyage va-t-il durer selon toi ?

Si tout ce passe comme je l’ai prévue, début Mai je serai sur la route. J’ai fais une estimation d’itinéraire avec les étapes nécessaires, et surtout une estimation du nombre de kilomètre à parcourir quotidiennement. Le résultat il me faudra un peu plus de 3 mois et 15 jours pour ce faire, mais par prudence je compte 15 jours supplémentaires pour gérer tous les aléas qui peuvent survenir dans le trajet.

 

Inscription Newsletter Planet Ride

 

Quel est l’itinéraire ? Est-il bien défini ou laisses-tu place à quelques improvisations ?

J’ai déjà en partie répondu à cette question un peu plus haut, mais il vrai que quelques précisions peuvent être un plus. Alors l’itinéraire est défini dans les grandes lignes, et bien plus précisément dans certains pays. Je pense notamment au Kazakhstan et à la Russie, qui me demandent un itinéraire précis et journalier afin de me donner le visa me permettant de rentrer dans le pays.

Pour la suite du périple, en Europe par exemple, il me sera beaucoup plus aisé de m’adapter sur les conseils des locaux qui sauront certainement bien mieux que moi ce qu’il y a d’exclusif et d’indispensable à visiter dans leurs pays. L’avantage d’être seul est que je m’adapte au quotidien en fonction de ce que mon aventure me propose.

Enfin, je pense que la part d’improvisation doit être importante afin d’être ouvert aux opportunités qui peuvent s’offrir à moi.

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

 

Avec quel véhicule pars-tu ? Pourquoi ?

Issu d’une famille de motards, et ayant fais des études orientées mécanique, il m’a été naturel de penser à faire ce périple en 2 roues. Au moment où j’écris ces lignes je n’ai pas encore jeté mon dévolu sur un modèle en particulier mais il va être plus que temps d’y penser, le départ est dans moins d’un mois. La liberté qu’offre ce type de véhicule, surtout dans les steppes Mongoles et les montagnes du Kazakhstan, me donnera l’aisance nécessaire pour me mouvoir d’une ville à l’autre.

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

 

Comment t’es venue l’idée d’un projet comme celui-ci ?

Cette idée m’est apparue suite à 2 évènements, le 1er fut un reportage sur une fille traversant l’Afrique en solitaire a moto et la rencontre d’un jeune français sur Bangkok rejoignant la Thaïlande et la France a vélo. Encore des projets de grandes envergures.

Ces histoires sont restées dans un coin de mon cerveau avant qu’un soir, je rêve d’être sur les routes. Il ne tenait plus qu’a moi de rendre cela possible.  Puis en me renseignant sur les modalités de mon échange thaïlandais, je me suis rendu compte qu’en fournissant les efforts nécessaires tout de suite, je pourrais me dégager le créneau temps nécessaire pour pareil périple.

Pour résumer en une phrase, je me suis privée de « vie sociale » pendant un temps, en enchaînant cours et travails afin de terminer le tout suffisamment tôt pour avoir du temps devant moi. J’ai donc entrepris mes 2 semestres de cours en 1 seul plus 2 mois, en cours du soir et week-end, et en journée mon stage à la chambre de commerce de Bangkok. Et me voilà libre de mes obligations scolaires.

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

 

Qu’est-ce que ce projet représente pour toi ?

Ce projet représente pour moi un défi. Un défi pour moi-même mais également sociétale. Pour beaucoup, la récompense de ce projet ne vaut pas le risque entrepris. Le « risque », trop de monde ont ce mot à la bouche aujourd’hui. Alors que l’on me comprenne bien, il faut bien sûr penser aux risques, et prendre en comptes les difficultés etc. C’est d’ailleurs pour cela que je vais éviter de traverser en solitaire le Pakistan ou la Turquie qui sont des pays sensibles en ce moment et que je contourne par le Nord Asie, et Europe Centrale / du Nord.

Mais à trop penser « risques » on n’entreprend plus assez. Je peux donc montrer par ce projet qu’on peut toujours choisir de sortir de chez soi et d’entreprendre de grandes choses. J’espère ainsi inspirer, ou donner le coup de pouce manquant à certaines personnes pour ne plus hésiter et accomplir ce que leur tête et leur cœur leur dit.

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

 

Un voyage comme celui-ci, est-ce difficile à mettre en place ?

J’ai trouvé ce projet beaucoup plus difficile à mettre en place que ce à quoi je m’attendais. Les contraintes qui ne sont pas de mon ressort, les démarches de sponsorings pour m’aider financièrement, les remarques des gens parfois surprenantes, etc. sont des choses auxquelles je ne m’étais pas préparé. Heureusement que beaucoup de messages de soutien, de rencontres m’ont poussé à persévérer, ainsi que la confiance des sponsors.

La contraite du temps fût également très difficile à gérer. Je me suis imposé moins de 3 mois pour faire l’organisation, la levée de fond, et l’administratif et je peux vous dire que ça a été un challenge des plus importants. D’ailleurs, le projet aujourd’hui a beaucoup changé par rapport à ce que je présentais lors de mes premières recherches de sponsorings.

Il n’aurait jamais été possible sans mes proches, qui m’ont aidé à un point que je pourrais difficilement leur rendre un jour. En dehors d’une aide financière, ils me soutiennent malgré leurs craintes, me relisent les courriers, me conseillent, et me font souvent me poser les bonnes questions aussi difficiles soient-elles.

Mais tout ceci est un mal nécessaire pour pouvoir effectuer un projet de cette envergure et ainsi partager plus tard mon expérience et ma vision du monde.

 

Inscription Newsletter Planet Ride

 

As-tu déjà fait d’autres road-trips de la sorte ? Ou bien est-ce une grande première pour toi ?

De cet ampleur, jamais. Je suis dans une autre dimension de ce que j’ai pu faire auparavant. Mais vivre 1 an en Thaïlande a de quoi forger un peu de caractère. Pour rester un peu plus dans l’optique du voyage, j’ai effectué 2 WHV en Australie et Nouvelle-Zélande.  Et j’ai fais un bout de la Tasmanie à pieds en solitaire. Puis j’ai remis ça en Nouvelle-Zélande en effectuant 4 des 9 « Great Walks » répartit sur les 2 îles Néozélandaises. Ce fût également un sacré défi, notamment côté logistique, pour pouvoir survivre 2 et 5 mois à pieds en transportant son barda. Puis, plus classique, j’ai vécu dans une voiture (pas un van, vraiment une voiture) à 3 pour visiter la cote Est australienne.

 

planet ride rallier oulan bator france moto projet fou etudiant

 

Quel conseil donnerais-tu aux futurs riders ?

Faites attention sur la route, celle-ci n’est pas un circuit. On a tous été jeune avec le permis et la fougue de la jeunesse. Au volant d’une moto, cela peut vite devenir grave ou même mortel. Ayant déjà chuté moi-même, je sais que cela fait mal physiquement et mentalement. Prudence donc ! Sinon, laissez libre court à vos idées et profitez de chaque instant sur la route !

 

Merci et bon courage pour ton voyage !

 

Pour suivre les aventures de Jean, n’hésitez pas à consulter ses pages :

 

 

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez peut être :