Du 30 mai au 30 juin 2014, 6 amis se lancent dans un roadtrip au coeur de la Turquie. Agnès, participant au voyage nous fait le récit de cette aventure envoutante et de long-court dans un pays regorgeant de surprises, de découvertes mais aussi en pleine mutation. Découvrez le premier épisode de ce voyage moto en Turquie raconté par Agnès, voyageuse et photographe de grand talent !

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

« C’est décidé, nous allons entrainer nos amis dans un long périple Trans-Anatolien »

Nous irons jusqu’à l’extrême Est de la Turquie que nous connaissons bien, pour l’avoir parcouru en tous sens avec Jean-Pierre depuis de nombreuses années. Nous serons donc 6 amis, 5 motos, liés par cette passion commune de la moto et des voyages hors des sentiers battus. 2 Harley Davidson Heritage Softail 1995, Dyna Low rider ( chevauchées par Jean-Pierre et moi-même) , une BMW 1200 GS ( conduite par Alain) , une BMW 800 GS ( ridée par Jean ) et une TriumphTiger 800 ( chevauchée par Lydia et Bernard ). Un équipage un peu disparate, mais qui restera soudé jusqu’au terme de 8500 kms que nous allons parcourir.

Grâce à l’expérience acquise lors de nos voyages précédents dans ce pays et connaissant la longueur des formalités de dédouanement, nous avons décidé de faire expédier les motos en Grèce, afin de sortir d’Europe et passer en Turquie au guidon de nos engins.

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride-ride

 

Arrivés à Thessalonique : début du roadtrip, direction la Turquie

Nous récupérons nos motos chez le transporteur, la première étape de 300 kms nous permet d’atteindre Kesan, un peu après la frontière (5 arrêts et contrôles, un passage de la moto au scanner pour Alain qui lui, est arrivé à Thessalonique par la route, avec la moto chargée dans son fourgon et qui a donc traversé les Balkans par la route). Fin Mai, nous espérons le beau temps installé, sans trop de grosses chaleurs … la suite du voyage nous révèlera des surprises météorologiques ! Jean qui n’a pas de pantalon de pluie en fera les frais …

La deuxième journée, longue étape de transition de 690 kms se fera en grande partie sous la pluie, orages violents, qui nous obligent à des haltes plus ou moins longues. Nous ne verrons pas grand chose de la presqu’ile de Gallipoli ! Au terme de celle-ci, le ferry sur lequel nous embarquons à Çanakkale, nous abrite momentanément, cap vers le Sud avec l’espoir d’un peu plus de soleil. Nous arrivons très tardivement et rincés, aux deux sens du terme, à Pamukkale.

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

Premier site, incontournable, que nous faisons visiter à nos amis le lendemain matin sous le soleil, avec de beaux nuages qui ajoutent au charme de ce « château de coton » et à celui du site antique de Hiérapolis. Courtes éclaircies, nous reprenons la route sous l’orage, la moto de Jean-Pierre part en vrille sur la chaussée détrempée et rainurée, plus de peur que de mal ! De superbes éclairages, avec un ciel noir lorsque nous arrivons au Salda Gölü et ses plages blanches.

Par de charmantes petites routes, traversant entre autre d’immenses champs de pavots blancs aussi hauts que moi, nous arrivons à Sagalassos. De belles éclaircies, avant un orage majestueux sur ce site antique très riche, nous permettent de nous balader entre le théâtre, le nymphéa, la fontaine, la bibliothèque … Inutile de préciser que nous sommes les seuls sur le site, comme ce sera le cas de nombreuses fois, à l’écart du tourisme de masse. Nous profitons au maximum de cette immersion dans le temps.

Trempés et transis, nous arrivons au bord du Lac d’Egridir où nous faisons halte pour la nuit. Après un diner local composé de délicieux cigara boreks, de poissons du lac, de frites, nous décidons d’un commun accord de modifier l’itinéraire prévu initialement pour faire cap au Sud où nous espérons que le soleil sera plus présent, la Cappadoce paraissant être, elle aussi, sous de violents orages dans les jours à venir.

En Harley on apprécie à vitesse plus réduite les courbes de la route et du paysage

Direction donc Antalya par des routes de montagne superbes, étroites et sinueuses, qui traversent le Taurus  sous couvert de forêts magnifiques. Les « vrais » motards s’en donnent à cœur joie, alors qu’avec nos Harley nous apprécions, à vitesse plus réduite, les courbes de la route et le paysage. Après avoir évité Antalya, nous arrivons à Aspendos, célèbre en particulier pour son théâtre antique. Un peu de déception, une partie de celui-ci étant en cours de restauration.

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

Nous poursuivons en longeant la côte, surpris de l’évolution de celle-ci en quelques années, les grands hôtels et les resorts internationaux, tous plus laids les uns que les autres, ont poussé comme des champignons !! Nous nous faisons arrêter par la police, discussions à  propos de nos motos, photos de ces messieurs sur la Harley de Jean-Pierre, échange des adresses, Facebook … sans même avoir jeté un œil sur nos papiers !

La route jusqu’à Anamur est un belvédère magnifique sur la mer en contrebas, nombreux arrêts photo, dégustations des produits locaux, en particulier de délicieuses petites bananes dont les plantations abondent dans cette région chaude et humide. Nous faisons halte dans un petit hôtel sympa sur la plage, balade au clair de lune, mais la soirée est fraiche, j’ai sorti ma petite doudoune.

Les paysages rappellent les Cévennes, les Causses ou même les US !

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

 

Les étapes des jours à venir seront de 250 à 350 kms, idéal pour profiter de nos arrêts et ne pas arriver trop tard à l’étape. Plutôt que de poursuivre par la côte, nous faisons une incursion vers l’intérieur pour visiter le monastère d’Alahan et le site d’Uzuncaburç. La route est magnifique, d’aucun diront qu’elle rappelle celles de Cévennes, des Causses, plus loin celle des paysages grandioses des U.S !! Pendant de nombreux kms nous suivons la rivière couleur de jade, bordée de lauriers roses. Les « vrais » motards lâchent les gaz, nous les retrouverons plus loin. L’étape de soir est en bord de mer à Silifke, face au château immergé, éclairé de manière très kitch après le coucher de soleil, en rose et rouge pétard !

Après un départ mouvementé par la chute de Bernard en sortant sa moto du trottoir, suivie de celle de Jean-Pierre venu lui prêter main forte, une étape essentiellement autoroutière, avec de nombreux camions, bus, que nous avions évités les jours passés.

Jean nous fait le coup de la panne en plein tunnel, après avoir doublé un camion près de Gaziantep, il a eu très peur et nous aussi rétrospectivement ! Après un contrôle approfondi à l’arrêt station service, rien de particulier de détecté, est-ce une surpression de vapeurs d’essence dans le réservoir avec la chaleur particulièrement élevée aujourd’hui ? Nous en profitons pour faire laver nos motos : neige à Gazientep, les motos sont totalement recouvertes de mousse épaisse, c’est le lavage « à la Turque », nous avons échappé de justesse au passage du balai brosse !

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

Nous arrivons sur les bords de ce fleuve mythique qu’est l’Euphrate à Halfeti pour un boat trip privé en fin d’après midi, l’heure idéale pour en profiter au maximum avec une superbe lumière ! Baignade rafraichissante pour tous, … mais surprise pour remonter : le bateau relativement gros, d’où nous avions plongé, ne possède pas d’échelle ! Nous refuserons de payer la totalité de la somme convenue pour marquer notre mécontentement.

En road-trip moto, on croise des sites de plus de 12 000 ans

 

Le lendemain, visite exceptionnelle du site de Göbekli Tepe, difficile de réaliser que ces mégalithes ont été érigés 12 000 ans avant notre ère et que seulement 1/10ème du site a été mis à jour ! L’étape se termine à Sanliurfa que nous adorons, nous sommes alors à seulement 20 kms de la frontière avec la Syrie, difficile d’imaginer que des évènements tragiques se produisent si près …

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

Après une balade dans le bazar, un des plus typiques de la région, nous nous rendons au Balikli Göl, où nous essuyons pluie diluvienne et grêle, encore une fois ! Soirée mémorable que nous passons avec un diner/soirée spectacle : orchestre et danse avec les autochtones, nous sommes les seuls touristes. Nous partageons avec eux un repas pantagruélique : soupe de lentilles, blé au yaourt, brochettes diverses, crêpes au miel et pistaches, ayran, et pour finir, boulettes de viande crue et épicée préparées sous nos yeux …

 

Nous ne manquerons pas le fameux Nemrut Dag, où trônent à 2200 m, au pied d’un immense tumulus, des têtes posées sur le sol, monolithes de plus de deux mètres de hauts. L’ascension est un peu délicate avec nos Harley sur une route/piste quelque peu ravinée par les orages des jours précédents. Nous traversons des paysages lunaires, un peu brumeux. Seuls sur les terrasses  avec tout le temps voulu nous profitons pleinement de ce site exceptionnel. Nous redescendons et traversons l’Euphrate grâce à un petit bac. Là encore, des paysages somptueux de plateaux basaltiques, univers minéral et prairies vertes où paissent de nombreux troupeaux.Nous faisons halte pour la nuit à Diyarbakir, ville qui a littéralement explosé ces dernières années avec l’arrivée de Kurdes chassés de leurs villages de l’Est.

Voyage moto en Turquie le récit d'Agnès pour Planet Ride

Histoire à suivre ! Pour le prochain épisode, nous suiverons l’équipe d’Agnès dans sa route encore plus à l’est du moyen orient, régler quelques galères à moto comme faire de superbes découvertes et de belles rencontres.

 

Combien ça coûte une telle expédition à moto ? 

Agnès nous fait un bilan du budget moyen par personne pour ce voyage moto en Turquie

  • Transport aérien Paris/Thessalonique AR : 200 €
  • Logistique des motos : 1100 €
  • Essence : chère en Turquie, environ 1,9 €/l, soit 600 €
  • Logement : 700 €
  • Repas : 600 €
  • Soit un total de 3200 € par personne avec 1 moto, pour 32 jours de voyage.

Une réponse à  Expédition Trans-Anatolienne : le voyage moto en Turquie d’Agnès

  1. Alex

    2015-04-30T14:38:25+00:00

    Extra, ca change du Rajasthan et du Ladakh mais ca semble tout aussi magique

    Répondre

Laisser un avis