Marie-Soleil et Sylvain, le couple au coeur de « A4, une aventure grand format », ont accepté de nous parler du formidable voyage en camping-car qu’ils ont récemment réalisé. Une aventure qui dure une année entière, ça ne s’oublie pas…

 

Comment avez-vous organisé votre départ ?

Voyageurs dans l’âme nous savions depuis longtemps que nous repartirions pour un voyage au long cours.  Nous en avons rêvé quelques temps avant de nous décider à l’organiser. Les envies de destinations étaient nombreuses, notre cœur balançait entre l’Amérique Latine, le Japon, l’Australie…

Décider de partir en famille vous oblige à une réflexion particulière : êtes vous prêts à faire et défaire les valises de 4 personnes chaque jour ? utiliser les transports locaux au quotidien ? Comment vos enfants vont-ils réagir au fait de ne plus avoir de « chez eux » ? Au niveau sanitaire, y a-t-il partout sur votre route la possibilité d’avoir accès à une médecine fiable ? etc.

Toutes ces réflexions nous ont amené à:
– L’évidence du camping-car : Le moyen de locomotion / habitation le plus pratique avec les enfants
– Choisir l’Europe comme terrain de jeu: pas besoin de mettre le camping car sur un cargo pour rejoindre un autre continent, facilité pour nos familles de nous rejoindre au cours du voyage et possibilité d’écourter le voyage à tout moment si la lassitude se faisait sentir.

Partir en 2014 s’est imposé: Cela nous permettait de ne pas avoir besoin de faire l’école à nos enfants durant le voyage. Notre fille Lou pouvait rentrer au CP et notre garçon Maël en maternelle à notre retour de voyage, c’était le timing parfait. Une fois la date du voyage acté, nous avons fait le nécessaire auprès de nos employeurs: Mise en place d’un congé parental total pour moi et démission pour Marie-Soleil.l’organisation s’est donc faite en douceur, étape par étape. On a cherché notre véhicule, on l’a testé et à peine amélioré, on a sélectionné un circuit, acheté des guides et le matériel quotidien qu’il nous manquait, le plus long et laborieux n’est pas d’organiser le voyage mais de quitter son ancienne vie, en ce qui nous concerne (démission, congé parental, vente de l’appartement, stocker ses affaires, gérer tous les documents administratifs, etc) il faut organiser le départ mais pas le voyage. le voyage s’improvise. on remplit le camion et on démarre.

interview a4 europe camping car

Quelles ont été les destinations principales, les grands axes, de votre voyage ? Pourquoi ces destinations ?

On rêve d’abord de Mongolie, de Japon et d’une partie de l’Asie criblée d’îles qui rendent financièrement le voyage en camping-car impossible pour nous (ferrys hors de prix, nombreux vols à prévoir). On s’est dit qu’il fallait limiter les déplacements en avion donc faire un aller-retour en Amérique latine et tout faire ensuite par voie terrestre. Il fallait soit transférer notre véhicule à l’autre bout du monde, soit l’acheter sur place. Puis finalement on ne connaissait pas l’Europe, il est très beau notre continent, il est plus sûr au niveau de la santé avec les tous petits (pas de vaccins, pas de palu, etc), les amis et la famille peuvent nous rejoindre, et financièrement cela nous semblait être la meilleure solution. C’était le bon terrain de jeu pour une première expérience en famille.

L’Europe est vaste ! Nous avons pris une carte et sélectionné chacun de notre côté les 10 pays que nous voulions découvrir et les 3 que nous voulions absolument voir. Nous avons recoupé nos choix, la sélection en a découlé.
Nous nous savions prêts à partir au printemps. Débuter par la Scandinavie nous a semblé une évidence. Cela nous permettait de faire une boucle qui nous verrait arriver en Croatie au début de l’automne et donc de profiter de températures douces en fin d’année (les parois d’un camping car sont minces et l’isolation discutable !).

Au final, notre parcours aura été le suivant : Allemagne, Danemark, Suède, Norvège, Suède, Estonie, Lituanie, Lettonie, Pologne, Slovaquie, Hongrie, Croatie, Monténégro, Italie.

interview a4 europe camping car

Était-ce un parcours pré-défini et étudié à l’avance ou bien avez-vous improvisé à plusieurs reprises ?

La succession de pays était pré-définie mais cela n’empêche pas l’impro. Aussi nous avons zappé le nord de la Norvège et la Laponie, et donc la Finlande, pour repasser finalement par la Suède et nous avons bifurqué vers l’Italie au lieu de traverser l’Albanie, la Grèce et la Turquie. Pour ce qui est du parcours dans chaque pays, il s’improvisait chaque jour. C’est la liberté totale!

 

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de votre camping-car ? Comment l’avez-vous dégoté, amménagé ? Comment s’organise la vie ?

Acheter un Camping Car c’est rencontrer un monde que vous ne soupçonnez pas. Il faut se familiariser avec les différents modèles existants (Capucine, intégral, profilé), en visiter plusieurs pour se faire une idée de ce qui peut vous convenir en terme d’aménagement intérieur. Se faire une idée de la taille idéal du véhicule à ne pas dépasser, de sa hauteur.Nous sommes allés au salon du Bourget pour en visiter un max, nos amis nous ont abonné à camping car magazine puis nous en avons loué un pendant 15 jours de vacances avant de passer à l’achat. Un Camping car neuf c’est hors de prix, nous avons trouvé notre maison roulante sur leboncoin. Le premier que nous avons été voir fut le bon ! Une chance incroyable, chaque jour de notre voyage nous étions heureux d’avoir choisi celui là. Il était parfait. On a enlevé les rideaux moches, mis des petits rideaux aux lits des enfants, recouverts tous les coussins des canapés avec de jolies couleurs vives (jaune et vert) et voilà tout. Rien à faire, quelques rangements supplémentaires ont suffit (caisses en plastique, tissus à poche).

C’est un camping car de 6m30 avec lit dans la capucine pour les parents et lits superposés pour les enfants à l’arrière. Nous savions que nous n’irions jamais dans les camping donc il nous fallait absolument un panneau solaire pour avoir un peu d’autonomie au niveau électricité. En Europe les bouteilles de gaz sont différentes dans chaque pays. Nous avons donc installé une bonbonne de GPL pour régler le problème du gaz domestique qui alimente le chauffage, l’eau chaude et les plaques de cuissons. Nous avons pu recharger ainsi la bouteille dans les stations essence.

Il y a forcément un temps d’adaptation nécessaire au début du voyage : on se marche un peu dessus, on se cogne dans ce nouveau lieu exigu (que l’on trouve franchement plus grand à la fin du voyage), il faut tout ranger à chaque fois avant de rouler, impossible de laisser la vaiselle dans l’évier, chaque chose doit retrouver quotidiennement à peu près sa place. Et puis à 4 dans 12m² pendant plusieurs mois… il faut s’aimer très fort et dire bonjour au soleil tous les matins pour qu’il soit là le lendemain et vous permette de passer la journée dehors.

Les enfants appellent très vite le camping car « la maison », leur lit « ma chambre ». On s’y attache c’est certain !

interview a4 europe camping car

Quel est votre meilleur souvenir de ce voyage ? Quel est le pire ?

Des bons souvenirs il y en a toutes une flopée ! D’abord la complicité qui s’installe. Avec nos vies professionnelles, nous avons tendance à ne partager avec nos enfants que la tartine du petit déj et l’histoire du soir. C’est dommage, terrible même. Partir plusieurs mois ensemble 24h/24h c’est apprendre à se connaitre vraiment. Les anniversaires ont été des moments forts, à 4 dans le camping car on fait simple mais c’est magique.Impossible d’en choisir un meilleur, on peut dire qu’on a préféré tel ou tel pays, comme la Croatie hors saison ou la Norvège, qu’on a adoré rencontrer la famille bordelaise avec qui nous avons fait un bout de route et croiser régulièrement une famille belge. La totalité de ce voyage fut un bonheur quotidien. Les bivouacs sauvages différents chaque jour, les repas en pleine nature, le sourire incroyable de nos enfants heureux d’être eux aussi libre comme l’air et en connexion illimitée avec leur parents, la proximité avec la nature, les paysages de dingue.

Après, chacun aura sans doute son anecdote. Nous avons pris énormément de plaisir (parfois de temps) à chercher nos bivouacs du soir : il faut éviter d’être proche d’une église ou d’une route pour le bruit, il faut que le terrain soit plat et surtout qu’en vous réveillant le matin, la vue de la fenêtre soit au top ! On s’est offert quelques réveils au milieu de la nature qui resteront longtemps dans nos mémoires !

Bien sûr, les paysages somptueux, les couchers de soleil quotidiens et les réveils au chant des oiseaux avec les gamins qui nous rejoignent pour le calin du matin sont inoubliables.

Le pire est évidemment la fin prématurée du tour suite à la tentative de vol de notre camping-car à Rome qui a immobilisé notre véhicule plusieurs mois. Les enfants ont perdu leur maison et leurs jouets qu’on a récupéré bien plus tard, leurs repères, un petit traumatisme pour eux. Ils ne l’ont plus revu du jour au lendemain, en sortant d’un supermarché, ils ont tout perdu, l’aspect matériel et immatériel de cette exception familiale. C’est le seul mauvais souvenir parce que pour le reste c’était que du bonheur !

interview a4 europe camping car

Quels sont les éléments qui vous attirent dans le principe d’un road-trip?

Sylvain : Traverser des paysages grandioses avec en fond sonore un bon cd de Groundation, m’arrêter au haut d’un col pour profiter de la vue, faire le plein en me disant que la route peut ne pas s’arrêter, que c’est moi qui décide du terminus!

Marie-Soleil : La liberté et l’absence de contrainte, une déconnexion totale sur du moyen ou long terme, reprendre possession de son temps, aller de plaisirs en plaisirs, la nouveauté et le changement quotidien. pas une seule journée ne ressemble à la suivante.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez peut être :

Laisser un avis